Sardaigne : la glande impossible

Alena a perdu son portable et sa carte bleue le premier jour. Je voulais plonger Ă  Maddalena mais le vent Ă©tait capricieux… on s’est consolĂ© en mĂ©ditant sur le nĂ©olithique. En suractivitĂ© pour compenser le stress des objets perdus. Au final… j’ai trouvĂ© oĂą plonger dans des grottes Ă  l’ouest.

Je ne savais pas trop Ă  quoi m’attendre de la Sardaigne. PrĂ©paration minimale… L’idĂ©e Ă©tait surtout de glander… de manger des glaces. De se laisser surprendre et de plonger ! Quel bilan en tirer ?

Gare de Golfo Aranci

Les îles Maddalena

Objectif glander : c’est un Ă©chec. Nous avons mis un point d’honneur de nous arrĂŞter dans toutes les criques, de se baigner dès que possible et de partir en trek -avec le chien- sur Caprera, une Ă®le de l’archipel jadis achetĂ©e par Garibaldi pour profiter de sa retraite. Nul doute que l’homme avait le goĂ»t pour la nature et la grimpette.

Bon… aucun regret. On se reposera quand on sera mort.

Plage, randonnée, plage, randonnée etc.

Manger des glaces : c’est une rĂ©ussite ! Une telle rĂ©ussite que c’est en mangeant une glace qu’Alena a perdu ses affaires (cf. « Se laisser surprendre). Nous en avons mangĂ© tous les jours. DĂ©licieuses… malgrĂ© l’amertume de cette triste aventure.

Se laisser surprendre : cf. « Manger des glaces ».

Plonger : un Ă©chec cuisant… le Mistral balayait les cĂ´tes. Il Ă©tait impossible de plonger de de bonnes conditions.

De Santa Teresa Ă  Alghero

Glander : c’est un nouvel Ă©chec. Nous avons balayĂ© la cĂ´te du Capo Testa Ă  Alghero en passant par Costa Pardiso, Sintino, Porto Torres Sassardi et notre point de chute : Castelsardo.

Dans la pampa du nord de la Sardaigne

Manger des glaces : c’est une rĂ©ussite frustrante… peu de bonnes glaces trouvĂ©es sur la route Ă  l’exception d’Alghero.

Se laisser surprendre :

Oui ! par le charme d’Alghero. Superbe ville fortifiĂ©e oĂą le Catalan, langue officielle au cĂ´tĂ© de l’Italien, garde une place de choix.

Castelsardo mĂ©rite entièrement le dĂ©tour, si ce n’est le sĂ©jour, tant elle ressemble en plus grand aux villes de Cinque Terre.

Castelsardo… au loin !

Enfin je ne m’attendais pas Ă  me laisser happer par l’intĂ©rĂŞt des nuraghes. Il est Ă©mouvant de voir ces monuments de pierre, si bien agencĂ©es, tenir sur place depuis si longtemps malgrĂ© les intempĂ©ries et les invasions. Je pense avoir regardĂ© tout YouTube concernant la culture nuragique et, par extension, la chute des peuples de l’âge de bronze.

L’âge de bronze… Ă  l’Ă©preuve du temps

Plonger : une rĂ©ussite ! Les cĂ´tes de l’ouest Ă©taient un peu moins touchĂ©es par le Mistral. J’ai pu plonger au nord d’Alghero dans la grotta di Falco et d’autres cavitĂ©s de la cĂ´te. Des stalactites, un congre, une Ă©crevisse et un colonie de poulpes… cela suffit Ă  mon bonheur.