Harar_Header

Le ramadan Ă  Harar

Harar est un lieu Ă  part et dois-je dire l’une des premiĂšres motivations de mon voyage en Ethiopie. Petite enclave musulmane en pays chrĂ©tien ; la ville fortifiĂ©e Ă  la forme d’une petite poire percĂ©es de ruelles enlacĂ©es… piquĂ©e d’une centaine de mosquĂ©es oĂč de vraies hyĂšnes croisent les fantĂŽmes d’Arthur Rimbaud et de Richard F. Burton.

Ramadan est une fĂȘte

Harar est parfois considĂ©rĂ©e comme la quatriĂšme ville sainte de l’Islam… alors ramadan y est une fĂȘte. Une fĂȘte en musique et en couleur. En musique quand elle se diffuse dans les ruelles et par delĂ  les murs… quand elle titille vos oreilles ; oriente vos pas et vous mĂšne en rythme au coeur d’une assemblĂ©e dansante.

Ramadan-Harar

Une fĂȘte en couleur. Car le ramadan est l’occasion pour les Harari de repeindre les murs de leur demeures. Les rues retrouvent alors une nouvelle fraicheur. Et le soleil de nouveaux reflets.

Hara_RueColoree

J’ai particuliĂšrement apprĂ©ciĂ© la zone autour de la Porte Choa. Pourquoi? Parce que la foule gravite en rangs serrĂ©s dans un marchĂ© dĂ©sordonnĂ©, parce que c’est une zone de rencontre, d’odeurs, de bruits et d’animation. Un espace de vie qui se rapproche de l’imaginaire typique d’une ville marchande au Moyen-Orient. Du moins celle que je m’en fais… Alors en franchissant la Porte, en sillonnant les ruelles bordĂ©es de lĂ©gumes et de marchands de khat, on imagine aisĂ©ment Rimbaud y battre le pavĂ©… onze ans de vie quand mĂȘme! Observateur perdu dans le commerce d’armes et de cafĂ©. On se plait Ă  imaginer les yeux discrets, tout Ă©merveillĂ©s de Richard F. Burton… premier europĂ©en Ă  pĂ©nĂ©trer dans la ville dĂ©guisĂ© en marchand arabe. PrivilĂšge!

ChoaGate-Harar 1

ChoaGate-Harar 2

Marché-Harar

Le soir… sur deux portes au nord et Ă  l’est de la ville, il est possible d’assister aux repas des hyĂšnes qui viennent glaner les restes et les dĂ©chets de la vie urbaine.

Direction Somaliland… le marchĂ© aux chameaux

Au sud de Harar, en direction de Babille, se trouve l’un des plus importants marchĂ©s aux chameaux du pays.

Ce jour lĂ  il n’y avait rien… mais j’ai pu me rendre plus au sud et accompagnĂ©, dans un autre marchĂ© nichĂ© au coeur d’un camp de rĂ©fugiĂ©s Somalis. Du coup la visite prend une autre tournure. Les chameaux (dromadaires by the way) passent au second plan ; et les conflits ethniques apparaissent comme une rĂ©alitĂ© concrĂšte dans ce pays oĂč l’on parle une bonne centaine de langues. En l’occurence les Somalis sont en conflit avec les Oromos… dont les camps de rĂ©fugiĂ©s se trouvent un peu plus prĂšs de Harar. Et Babille se trouve ici comme l’une des multiples zones tampons dans ce conflits de territoire.

CamelMarket-Harar

Itinéraire en Ethiopie

Trois semaines en bus, en 4×4 et en avion (Lalibela-Harar). DĂ©part d’Addis Abeba, puis Gondar et trek de 3 jours dans les Simiens, Aksoum, les Ă©glises du TigrĂ©, Mekele, 3 jours dans le dĂ©sert du Danakil, Lalibela et Harar.