IranianMusicGroup-header

Musique classique iranienne

Javid Afsari, Mahsa Vahdat et Behnam Samani. A Paris ils ne sont connus que des puristes de la musique classique iranienne et des bobos montmartrois pr√©sents au¬†th√©√Ętre¬†des Abbesses le 13 janvier dernier.¬†Au milieu de ce haut gratin je trimbalais mon ignorance de la chose sans feindre la connaissance bon teint (mais peut-√™tre r√©elle…!) et l’impatience convenue de mes¬†cong√©n√®res¬†bobos.

Qu’attendre des m√©lodies d’une civilisation mill√©naire? Compte rendu d’une oreille candide au pays de la musique classique iranienne :

  • Javid Asfari joue du santour. C’est la premi√®re fois que je voyais un tel instrument… tr√®s vulgairement je d√©crirais le santour comme une grosse planche en bois pos√©e √† l’horizontale avec des cordes que l’on effleure¬†gr√Ęce¬†√† deux gros cotons-tiges. Il est √©vident que ¬ę¬†planche en bois¬†¬Ľ et ¬ę¬†contons-tiges¬†¬Ľ ne sont pas les termes techniques de la chose mais face √† l’ignorance on d√©crit avec ses armes. Mes excuses aux puristes…
  • Deux sons deux √©coles. La m√©lodie √©lectrisante du santour s’associe tr√®s bien aux percussions du daf¬†(une sorte de grand tambourin) et du tombak¬†(un peu comme un tam-tam) de¬†Behnam Samani. Des percussions mani√©es avec une telle aisance que les doigts du musicien semblent aller plus vite que les rythmes qu’il produit. C’est un spectacle visuel et auditif. Les peaux tendues sont caress√©es par un doigt√© de masseur qu’on en r√™verait presque de se r√©incarner en tombak…

Les rythmes s’√©chappent et reviennent sur des morceaux o√Ļ de nouvelles notes apportent √† chaque moment une l√©g√®re nuance. On a l’impression qu’ils s’amusent a divaguer.

Les voici en sc√®ne lors d’une repr√©sentation √† Madrid :

Mahsa Vahdat a une voix tomb√©e du ciel mais¬†-comme toutes les femmes iraniennes- elle¬†ne peut pas se produire seule sur sc√®ne dans son pays. A d√©faut de comprendre ce qu’elle chantait je peux vous dire que c’√©tait souple et d’une langueur terriblement¬†envo√Ľtante.¬†Sur cette vid√©o on l’entend chanter avec sa soeur Marjan :

L’Iran est l’une des plus vieilles civilisations du monde. Leur musique classique va √©videmment bien au-del√† de ces trois personnages et des instruments jou√©s lors de cette repr√©sentation. C’est une musique qui a sa propre histoire avec ses influences et son h√©ritage. Contrairement aux n√©ophytes qui s’extasiaient sur le rythme tombak le public iranien semblait litt√©ralement ¬ę¬†vivre¬†¬Ľ ces m√©lodies. D’une certaine mani√®re le spectacle √©tait aussi sur leurs visages. On a envie de comprendre et de creuser la chose.¬†A la r√©flexion la musique est une petite cl√© bien utile pour s’ouvrir √† une nouvelle culture.

Photo à la une: Iranian Music Groupe Р1886 РKamal-ol-molk

3 r√©flexions au sujet de ¬ę¬†Musique classique iranienne¬†¬Ľ

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.