sydney-header

Sydney : overseas Telegram

Pendant quelques jours nous avions la tĂŞte en bas. Contre toute attente aucun symptĂ´me alarmant… Ni vomissement ni maux de tĂŞte. Tout va bien malgrĂ© quelques sensations Ă©tranges, des petits feelings liĂ©s au changement de continent. Des feelings qui picotent et qui changent tout. Autopsie grossièrement dĂ©taillĂ©e de la transition entre l’Asie et l’Australie.

The « Whaa » moment

En arrivant Ă  Sydney on ne s’est pas dit : « Whaa! On est en Australie c’est gĂ©nial! » mais plutĂ´t ¨Whaa! Y’a beaucoup moins d’asiatiques ici! » ou encore « Whaa! Il fait -40! Sors vite mon pull au fond du sac! ». Cela peut sembler stupide mais dĂ©barquer en automne dans un endroit Ă  peu près sec, ou vivent majoritairement des blancs, après quelques mois passĂ©s dans des pays oĂą les notions de « sec » et « d’automne » n’existent pas… et bien ça fait son petit effet!

Manley

Changement d’ambiance… Ici Ă  Manly

Un effet « britannico-nordique »

Nous sommes restĂ©s quelques jours Ă  visiter Sydney et ses environs. La ville s’Ă©tale dans une large baie protĂ©gĂ©e du Pacifique. Sydney c’est clean! Sydney oĂą tout est ordre, calme et propretĂ©. J’ai eu la curieuse impression d’arriver dans un pays nordique peuplĂ©e d’anglo-saxons…

  • CotĂ© british : le CDB typique, peuplĂ© de cadres en costard/cravates qui bombent le torse aux cotĂ©s de leurs pendants fĂ©minins en talons aiguilles finement ciselĂ©s ; des Eglises toutes droit sorties de la campagne britannique, un Hyde Park, des tĂŞtes d’Irlandais… On a visitĂ© Manley, une banlieue très chic bondĂ©e de surfeurs qui ressemble Ă  s’y tromper au lieu de tournage des Desperate Housewives.
  • CotĂ© nordique : la propretĂ©, le cotĂ© Ă©colo et surtout… une propension Ă  l’organisation minutieuse et rĂ©flĂ©chie de tous les actes de la vie quotidienne et Ă  venir pour les dix prochaines annĂ©es. Tout semble ĂŞtre organisĂ© et pensĂ© Ă  l’avance pour le maintien de l’ordre public et la prĂ©servation de l’environnement. Comme en Suède l’esprit « let’s go party! » est omniprĂ©sent. Beaucoup d’hĂ´tels backpackers proposent des « Super party » très alcoolisĂ©es, des excursions dans des « Party bus » pour rejoindre une « Big Party »etc… très peu pour nous au final.

Sydney

2 réflexions au sujet de « Sydney : overseas Telegram »

  1. C’est trop cool de vous lire (enfin surtout toi Charles, car je ne maĂ®trise pas encore le polonais) ! Vous nous faites rĂŞver les amis. Et on vit votre voyage par procuration !!!!!
    Gros gros bisous de la part des Michel qui pensent fort Ă  vous (en vous maudissant parce qu’on est un peu jaloux hĂ©hĂ©).
    MĂŞme si vous en aurez plein le derche de voyager et que vous n’aurez certainement plus un radis fin aoĂ»t, on espère franchement que vous serez des nĂ´tres Ă  Mallorca !

    Biiiiiiiiiiz les tourtereaux ! LOVE XXX

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.