Berlin-Header

Das ist Berlin

Comme un¬†√ģlot¬†de¬†fra√ģcheur¬†sur le vieux continent! Berlin est √† la mode et rares sont¬†les¬†visiteurs¬†qui n’y ont pas appr√©ci√© leur s√©jour. Pourquoi aime-t-on cette ville? D’o√Ļ vient son charme? Et comment l’√©voquer?¬†Il y a multiples¬†fa√ßons¬†de parler d’une ville. Berlin pourrait √™tre pr√©sent√© par des faits : 165 mus√©es, 60 th√©√Ętres, 146 biblioth√®ques et tout un bataillon de donn√©es brutes wikip√©dia.¬†On peut¬†√©galement¬†s’engouffrer dans l’incontournabilit√© des sites embl√©matiques. Une troisi√®me solution consiste √† divaguer vers l’intangible et les choses ressenties. Parfois le charme d’une ville n’est pas li√© √† un chiffre ou √† quelques sites.¬†On le¬†d√©niche plus souvent dans les caf√©s ou au coin d’une rue.¬†Voil√† sur quoi l’on pourrait s’attarder¬†au gr√© de pauses musicales plus ou moins incongrues d’artistes berlinois.

A commencer par ça :

Marlène Dietrich РDas ist Berlin

Chaque ville raconte une histoire que l’on int√®gre ou l’on ressent davantage selon les destinations. La capitale allemande porte les stigmates d’une histoire √† laquelle on n’√©chappe pas. Au¬†XX√®me¬†si√®cle Berlin connut successivement famines et destructions, puis un partage aussi saugrenu que la longue division. En novembre 1989 tombe le mur et pl√©thore d’artistes peintres, musiciens sculpteurs etc. investissent les quartiers d√©labr√©s de la partie Est.¬†Dans les ann√©es 1990 Berlin panse ses plaies au gr√© d’un incroyable foisonnement d’initiatives festives et artistiques. C’est le d√©veloppement d’une culture underground et l’ouverture de sites devenus embl√©matiques comme Tacheles, le Tr√©sor ou le Kitkatclub.¬† La chute du mur provoque en sorte un appel d’air cr√©atif dont l’√©nergie se propage successivement dans les diff√©rents quartiers de la ville. Mitte, Prenzlauer Berg, Friedrichshain etc. Cette¬†√©nergie¬†est encore palpable aujourd’hui. Les travaux sont encore l√©gions dans de nombreuses de rues et chaque recoin semble cacher un squat ou un bar tendance.¬†Ne surtout pas h√©siter √† s’aventurer dans les rues aux allures trop calmes. Au d√©tour d’un porche et d’une courette se cache peut-√™tre un club branch√©,¬†un bistrot d√©glingu√© ou¬†un cin√©ma retap√©.¬†Du Club der Visionaere au Wilde Renate¬†en passant par le¬†karaok√© dominical de Mauerpark les possibilit√©s de sorties semblent innombrables.

D’ailleurs le¬†karaok√© de Mauerpark -concept on ne peut plus original!- ressemble √† √ßa :

Berlin se tourne vers l’avenir et compose avec le pass√©. Pour un parisien √† l’oeil √©duqu√© par l’haussmannisme les rapports √† l’architecture et au temps sont quelque peu perturb√©s: Comment raisonnablement imaginer que Charlottenburg, l’Eglise du souvenir ¬†et AlexanderPlatz puissent √™tre dans une m√™me ville? Comment concevoir que les bobos surconnect√©s de Prenzlauerg Berg prom√®nent leurs port√©es dans un landau des ann√©es¬†1960? Le cocktail √©nergique d’une ville qui conserve et recycle le meilleur comme le pire de son histoire est clairement d√©tonnant.

Le rapport au temps n’est pas moins perturb√© que celui de l’espace. Berlin s’√©tale sur une superficie neuf fois sup√©rieure celle de Paris… un oc√©an urbain qui d√©route face au tumulte √©troit des rues parisiennes. Berlin c’est l’espace.¬†Il faut v√©ritablement ¬ę¬†marcher¬†¬Ľ pour¬†atteindre un station de m√©tro (si si…)¬†et¬†une bonne dose de courage pour arpenter la Karl Marx Allee. Les espaces verts sont immenses et √† ce titre, on ne saurait trop recommander une balade au Tempelhofer Park. L’ancien a√©roport de Berlin -dans tr√®s beau style III√®me Reich!- a √©t√© reconverti en un gigantesque parc qui illustre l’√©tendue de la ville. Cet espace donne l’impression rare d’une grande ville peu oppressante.

Nouvelle pause musicale avec une d√©jant√©e que j’aime bien √©lev√©e √† Berlin Est.

Nina Hagen РNaturträne

La presse a¬†largement comment√© de la fermeture du squat de Tacheles en septembre dernier. Une fermeture qui symboliserait la fin d’un √Ęge d’or qui a commenc√© avec la chute du mur. Aujourd’hui √† Berlin les loyers augmentent… on dit que les squats ferment et que les quartiers Est se ¬ę¬†boboisent¬†¬Ľ. De nouveaux investisseurs investissent et un nombre croissant de visiteurs visitent. Sur une fen√™tre √† Friedrichshain¬†on lit un radical ¬ę¬†Noisy¬†Tourists Go Home¬ę¬†. Pas de contradictions tout est vrai. Mais Berlin est une boule d’√©nergie qui gloutonne et recycle ses √©poques. Les pires comme les meilleures. Ainsi j’ose esp√©rer que cette belle impression de vivre l’histoire de ne s’effacera pas.

Impossible d’aligner du son berlinois sans √©voquer de la techno minimale. Alors pour accompagner ¬†l’√©pilogue musical de cet article voici Walkemut, un DJ berlinois qui en ce moment cartonne avec √ßa :

Asaf Avidan (Wankelmut Remix) – One Day / Reckoning Song

Pour d’autres choix musicaux vous pouvez vous reporter √† cet article.

Tsch√ľ√ü!

2 r√©flexions au sujet de ¬ę¬†Das ist Berlin¬†¬Ľ

  1. Je ne pourrais pas √™tre plus d’accord avec toi: la ¬ę¬†fra√ģcheur¬†¬Ľ de Berlin est fascinante!
    J’y ai v√©cu trois ans, pendant mon adolescence, et depuis je suis mordue et j’y reviens toujours. Malgr√© l’Asie, l’Oc√©anie, je reviens toujours √† Berlin…

    NowMadNow

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.